Protocole insectes et pollinisateurs

 

Punaises Nezera viridula juvéniles avec syrphe

 

 

Un insecte est un animal qui se caractérise par un corps en 3 parties : tête-thorax-abdomen et quipossède 3 paires de pattes. La particlularité des insecte est qu'ils ont un squelette à l'extérieur (une sorte de carapace = exosquelette).

En plus du cerveau principal situé dans la tête, les insectes possédent de multiples ganglions cérébraux qui se situent dans chaque segment. Le système principal est ventral et ainsi des "mini-cerveaux" gérent chaque membre. Cela permet d'être extrêmement réactif pour échapper par exemple aux prédateurs.

Beaucoup d'insectes ont pour caractéristique de vivre des métamorphoses passant de l'état larvaire à l'état adulte. D'autres insectes grandissent par mues succéssives.

Certains insectes ont une sociabilité très spécifique : ce sont les seuls animaux non-humain a avoir des sociètés presque aussi élaborées que les nôtres comme les fourmis ou les termites par exemple. La colonie se structure de façon complexe avec parfois une reine et parfois plusieurs.

Une immense diversité existe chez les insectes. On remarque malheureusement aujourd'hui, un déclin très important des populations d'insectes qui s'est opéré depuis une dizaine d'années à cause des aménagements et des activités Humaines.

Cette perte de biodiversité pourrait avoir un impacte important sur la pollinisation, sur la population des oiseaux qui s'en nourrissent et sur le mainitien des écosystémes dans leur ensemble dont nous faisons partis !

La diversité dans la nature permet de réguler les populations d'elle-même. Lorsque l'on sélectionne une espèce plutôt qu'une autre, on prend le risque qu'une espèce plus dangeureuse et sans prédateur (exotique-envahissante) envahisse la niche écologique.

L'autre raison de favoriser la biodiversité est tout simplement d'avoir la chance d'observer tous ces insectes qui offrent un poteniel de curiosité et d'émerveillement notamment pour les enfants ! Faciles à voir pour la plupart d'entre eux, on peut les observer avec une simple loupe ou à l'oeil nu !

 

Classification des insectes :

Afin de classifier les insectes, les scientifiques les ont séparés en une trentaine de groupes appelés ordres. Les représentants d’un même ordre ont des liens de parenté qui sont basés sur la forme de leur corps, de leurs pattes, de leurs pièces buccales et, tout particulièrement, de leurs ailes.

Le nom scientifique donné à chacun de ces ordres se termine habituellement par le suffixe « ptères », mot grec qui signifie ailes. La première partie du nom fournit souvent des indications sur la taille, la forme, le nombre ou la texture des ailes.

Cinq ordres regroupent près de 80 % des espèces d'insectes ! Il s’agit des hémiptères, des coléoptères, des diptères, des hyménoptères et des lépidoptères.

 

Qu'est-ce que la pollinisation ?

La pollinisation est un élément clé de la reproduction d’un grand nombre de végétaux. Il s’agit du transport des grains de pollen entre les organes de reproduction mâle appelés étamines vers les pistils (organes femelles) des fleurs.

C'est une étape essentielle du cycle de vie d'une plante. Elle peut se faire de différentes manières : le vent, l'eau, les animaux mais la pollinisation par les insectes concerne 90 % des plantes à fleurs.

Les principaux pollinisateurs sont bien sur les hyménoptères avec les abeilles, les diptères avec les mouches et les syrphes, les lepidoptères avec les papillons et les coléoptères avec les cétoines et les hannetons.

Leur rôle est crucial dans la production vivrière car la plupart des cultures dépendent d'une manière ou d'une autre des pollinisateurs. Leur survie est donc fondammentale !

 

 

* Le protocole consistera à identifier et à compter le nombre d'insectes qui se pose sur les fleurs d'une même espèce ou d'un même massif pendant 20 minutes. Le données seront enregistrées avec SPIPOLL sur Vegie nature. Cette démarche sera faite à plusieurs endroits de la ferme afin d'avoir un panel de donnnées cohérent aux divers milieux existants.

* Une observation régulière sera aussi effectuée en identifiant et en comptant le nombre d'insectes sur un parcours définie et identique à chaque fois, de préférence par le même observateur.

Toutes ces données permettront de comprendre l'évolution des insectes (tant sur la diversité que sur leur nombre) en fonction de l'évolution des différents milieux sur la ferme.

 

 

 

Oeufs d'insectes et insectes sur Quercus robur (Chêne pédoncule)

 

 

Voici les insectes observés sur la ferme

(Toutes les photos sont issues de la ferme)

Classement par ordre d'insectes

 

nid de guêpe potière

 

 

Les hyménoptères

Famille bien connue avec les abeilles, les guêpes, les bourdons et les fourmis

(4 ailes-rarement aucune)

Les abeilles, bourdons, guêpes, frelons, collètes sont des pollinisateurs.

La vraie pollininisation scientifique est celle des hyménoptères. La guêpe bien que moins professionnelle que l'abeille avec sa langue trop courte, peut néanmoins sucer les nectars de toute les fleurs d'accés facile. Les abeilles ont quant à elles, un rythme fantastique. Pourquoi ? Parce qu'une abeille qui doit faire des provisions pour les "bébés" est condamnée à amasser 25 fois plus de nectar qu'elle n'en consommes elle-même. Pour faire un plein de nectar, une abeille doit exploiter plus de 200 fleurs ! Et cette cadence demande de l'organisation !

Le champion poids lourd des pollinisateurs est : le bourdon. Il est imbattable pour sonder les fleurs où le nectar est caché au fond d'un éperon étroit et profond. Il est capable d'allonger sa trompe jusqu'au fond de ce long et mince cornet pour y atteindre le nectar pendant que les étamines lui collent du pollen sur le ventre !

 

 

Abeille domestique

Apis Mellifera-Mellifera

Abeille noire ?

Bombus lapidarius

Bourdon des pierres

Bombus pascuorum

Bourdon des champs

Bombus terrestris

Bourdon terrestre

Polistes fuscatus

Guêpe poliste

Eumeninae

Guêpe potière (guêpe maçonne)

Scolia hirta

Scolie hirsute

Xylocopa

Xylocope (abeille charpentière)

La plus grosse abeille solitaire de France

Vespa crabro

Frelon européen

Colletes succinctus

Collète commune

Auplopus carbonarius

Pompile charbonneux

Fourmi rousse

Colonie de fourmis ouvrières

Sphex funerarius (sphex gryllivore)

Sphex funéraire

guêpe solitaire

Exetastes calobatus

Exetastes calobatus

insecte non identifié

 

 

Les Diptères

Familles des mouches, des syrphes, des taons et des moustiques

(2 ailes, rarement aucune)

Ils ont un rôle de décomposeur crucial et sont la 2ème famille de pollinisateur la plus efficace.

La syrphe est une mouche qui adopte le mimétisme en ressemblant fortement à une guêpe ! Cela la protège efficacement contre les prédateurs. Comment la reconnaitre ? Elle sait faire du surplace en vol ce qui est un exploit car c'est le seul insecte à savoir le faire !

 

Pour la pollinisation, certaines mouches sont beaucoup plus "fines mouches" que d'autres comme les syrphidés. Leur bonne "éducation" se devine à leur élégance raffinée et se constate par 2 perfectionnements : d'abord un corps velu capable de fixer le pollen puis une ébauche d'un instrument qui est industrialisé par les papillons, une trompe un peu plus allongée que le suçoir, ce qui leur permet de sucer des fleurs plus profondes.

 

 

Syrphe pyrastre

Syrphe à croissant

Eupeodes corollae

Syrphe des corolles

Lucilia sericata

Mouche verte Lucillie

Différentes larves de syrphes

Tipula

Tipule (cousin)

Sphaerophoria scripta

Syrphe porte-plume

Ectophasia oblonga

Mouche tachinaire

 

 

Les orthoptères

La familles des grillons, criquets et sauterelles

Ils sont caractérisés par des ailes droites (parfois les ailes sont fortement réduites). Ils sont capables d'émettre des sons grace aux mouvements de différentes parties de leur corps. On parle de stridulation ou de chant.

Les espèces sont phytophages pour la plupart (les criquets) - Omnivore pour les sauterelles.

 

Comment différencier criquets, sauterelles et grillons ?


Observez les antennes pour savoir à qui vous avez affaire ! Contrairement à une idée répandue, la couleur (verte ou marron) ne permet absolument pas de distinguer les criquets des sauterelles et grillons. Les antennes, oui !
Elles sont épaisses et courtes chez les criquets alors qu’elles sont fines et plus longues que le corps chez les sauterelles et les grillons.
Le corps des sauterelles est généralement de forme allongée tandis que celui des grillons semble aplati par le dessus, avec une tête souvent bien ronde.
Autre différence, au bout de l’abdomen l’organe de ponte des femelles criquets est court et peu visible, bien différent du long «sabre » des sauterelles et grillons qui dépasse largement.
Les courtilières ou «taupe-grillon » font sensation, avec leur pattes avant fouisseuses. Bien qu’elles soient rattachées au groupe des grillons, leurs
antennes sont courtes et elles n’ont pas le «sabre » caractéristique. Une exception !

 

 

Gryllus campestris

Grillon champetre

Criquet albinos (leucitisme)

Pseudochorthippus parallelus

Criquet des champs

Calliptamus italicus

Criquet Italien

Euchorthippus elegantulus

Criquet blafard

Chorthippus dorsatus

Criquet verte-échine

Decticus albifrons

Sauterelle dectique à front blanc

Ephippiger ephippiger

Sauterelle des vignes

Ephippiger ephippiger

Sauterelle des vignes

Gryllotalpa gryllotalpa

Courtillière

(Taupe-grillon)

Gomphocerippus

Criquet Gomphocère

 

 

Les Hémiptères

Familles des cigales, des pucerons et des punaises

Les ailes antérieurs sont coriaces.

Les hémiptères ont des pièces buccales de type piqueur-suceur : ils se nourrissent donc du liquide intérieur des plantes ou des animaux.

 

Pyrrhocoris apterus

Gendarme avec larve

Graphosoma italicum

Accouplement punaise arlequin

Nezara viridula (Linnaeus)

Punaise corée marginée

Dolycoris baccarum

Punaise des baies

Lygaeus equestris

Punaise écuyère

Eurydema ventralis

Punaise du chou

Nezera viridula

Punaise verte puante

Nezera viridula (ponctuée)

Punaise verte puante ponctuée

Punaise non identifiée

Eurydema ornata

Punaise ornée du chou (rouge du chou)

Accouplement punaises Corée marginée

( Coreus marginatus)

Carpocoris Mediterraneus

Pentatome méridionale avec larve stade V

Gerridae

Gerris

Insecte non identifié

 

 

Les coléoptères

Famille des scarabés, carabes, coccinelles, lucioles.....

Les coléoptères représente le plus grand nombres d'insectes sur terre ( 40 % environ).

Les ailes sont rigides et recouvrent la moitiè du thorax. A la base des ailes, se trouve un petit triangle appelé écusson qui est caractéristique de cette famille d'insectes. Leur corps est robuste et donne un aspect de blindage.

La plupart des colèoptères sont des auxiliaires agricoles (coccinelles- carabes et scarabées-staphylin...) ou détritivores. D'autres peuvent poser des problèmes en agriculture comme le doryphore qui n'a pas de prédateur en France.

 

La pollinisation :

Certains coléoptères à l'âge adulte participent à la pollinisation mais ce sont des partenaires non spécialisés, brutaux et dévastateurs. La plupart des coléoptères possède des pièces buccales de type broyeur, non des langues sophistiquées comme celles des mouches ou des abeilles, encore moins des trompes comme celles des papillons. Autant dire que du point de vue des techniques de prélèvement du nectar, les coléoptères ne font pas dans la dentelle. Quand ils arrivent sur une fleur, ils se conduisent en "sauvage". Ils avancent comme des bulldozers dans la fleur et mangent tout ce qui leur tombe sous les pattes : étamines, ovaires, mais pendant ce temps, la fleur les charge de pollen alors qu'ils sont pourtant dépourvus d'organe de récolte. En effet, au cours de son broutage, le coléoptère s'est couvert de grains de pollen qui se sont collés sur son corps. Alors, au passage, l'insecte en dépose une partie sur le pistil. Toutefois les plantes indigènes ont développé des défenses et sont devenues résilientes face aux comportements des coléoptères indigènes. Les colèoptères sont particulièrement attirés par les fleurs odorantes qui s'ouvrent durant le jour comme les tournesols ou les achillées millefeuilles par exemple.

Dans nos contrées tempérées, sils sont d’indéniables pollinisateurs, les coléoptères n’arrivent cependant pas à la patte des mouches, abeilles et autres papillons car ils sont nettement plus statiques qu’eux. Pourquoi dépenser de l’énergie de fleur en fleur alors que, protégés par leur carapace et leurs sécrétions répulsives, ils peuvent se la couler douce dans les corolles durant des heures? Bref, la cantharophilie, c’est un peu de la pollinisation peinarde: on choisit des fleurs faciles à butiner pour y faire bronzette. Pas étonnant que notre Cétoine soit aussi dorée!

 

Mylabris variabilis

Mylabre inconstant

Oxythyréa funesta

Cétoine drap mortuaire

Trichius gallicus

(trichius rosaceus)

Cétoine des roses

Trichodes apiarius

Clairon des abeilles

Hoplia coerulea

Hoplie bleu

Chrysomela populi

Chrysomèle du peuplier avec larve et oeufs

 

Chrysolina americana

Chrysomèle du romarin (ou américaine)

Drilus flavescens

Drile jaunâtre

Neocrepidodera transversa

Altise

coccinella septempunctata

3 stades de la coccinelle à 7 points : nymphe - larve - adulte

Harmonia axyridis

Coccinelle asiatique

Psyllobora vigintiduopunctata

Coccinelle à 22 points

Hibernation des coccinelle dans un pli de parasol

Dont l'Harmonia axyridis (en noir avec points rouges)

Larve de coccinelle scymnini (avec pucerons)

Alticinae

Altises

Leptinotarsa decemlineata

Doryphore avec larves

Paederus riparius

Petit staphylin rouge et noir

Ocypus olens

Staphylin noir (staphylin odorant dit "le diable")

Silpha tristis

Silphe triste

Anoxia villosa

Grand Hanneton des sables

Carabidae ?

Carabe ?

Agapanthia Dahli

Agapanthie de Dahl

PYROCHROA COCCINEA

Pyrochre écarlate

Cicindela campestris

Cicindèle champêtre

Melolontha melolontha

Hanneton commun

 

Les mantoptères

Famille qui regroupe les différentes mantes.

Les mantes sont parmi les insectes les plus faciles à reconnaitre avec leur posture spécifique avec les pattes levées vers la tête comme pour prier (d'où leur nom de mante religieuse).

Elles se nourrissent essentiellement de proies vivantes (pucerons-mouches-criquets-papilllons...)

Les femelles ont cette particularité de manger fréquemment le mâle pendant l'accouplement....

 

Mantis religiosa

Mante religieuse (femelle)

Empusa pennata

Empuse pénnée (diablotin de Provence)

stade larvaire

Mantis religiosa

Mante religieuse (femelle)

 

 

Les neuroptères

Famille des chrysopes entre autres

Leurs ailes sont parcourues de nombreuses nervures d'où leur nom.

Ils sont principalement insectivores.

 

Chrysoperla carnea

Chrysope verte

 

 

Les dermaptères

Familles des perce-oreilles

La mère porte attention à sa progéniture jsuqu'à l'éclosion ce qui est rare chez les insectes.

Ils sont polyphages : petits insectes- lichens-champignons-parfois fruits mûrs et jeunes pousses s'ils manquent de nourriture.

 

Forficula auricularia

Perce-oreille mâle

(reconnaissable à la forme des cerques)

 

 

Les phasmatoptères

Famille des phasmes et des phylies (c'est un genre de phasme à l'aspect d'une feuille d'arbre)

Leur forme caractéristique ressemble à une branche : phasme-baton / à une feuilles : phasme-feuille / à une tige épineuse : phasme-ronce / à une écorce : phasme-écorce

Leur mimétisme et leur camoufflage est incroyable !

Ils sont herbivores.

 

Clonopsis gallica

Phasme gaulois

Les embioptères

 

Embioptera

Embioptère